Donnons une chance de survie pour le Grand hapalémur !

Univet Nature partenaire de Helpsimus pour la restauration de son habitat naturel

Une espèce en sursis

Le grand hapalémur, Prolemur simus, est l’un des lémuriens les plus menacés de Madagascar. Il appartient à la famille des Lemuridae. Le genre Prolemur est monospécifique, c’est à dire qu’il ne comprend qu’une seule espèce.

Autrefois largement répandu à Madagascar (subfossiles retrouvés au Nord, à l’Ouest et au Centre en quantités parfois abondantes), il ne survit plus aujourd’hui que dans les forêts humides de l’Est de l’île. Les premières observations de ce lémurien datent de 1986-87 quand il a été redécouvert à Kianjavato puis dans le Parc National de Ranomafana alors qu’on pensait l’espèce déjà éteinte. Il est classé en danger critique d’extinction par l’UICN depuis 1996. Jusqu’en 2008, on estime qu’il reste moins d’une centaine d’animaux à l’état sauvage répartis dans 5 sous-populations isolées les unes des autres et composées pour la plupart d’à peine quelques individus vivant hors des aires protégées, dans des zones souvent dégradées. Mais en novembre 2008, une nouvelle population est découverte au sud-est de Madagascar dans la commune rurale de Tsaratanana, découverte à l’origine du futur programme Bamboo Lemur.

Sahofika© S. Meys

Aujourd’hui, la population globale est estimée à un peu plus de 1000 individus

En janvier 2010, la population sauvage de grand hapalémur est réévaluée à 221-331 individus (MFG, 2010). Cette même année, de nouvelles prospections permettent de repérer d’autres populations jusque-là méconnues et en février 2011, la population sauvage est à nouveau réévaluée à 411-423 individus dans 15 localités (MFG, 2011). Le grand hapalémur vit dans les forêts humides de basses à hautes altitudes (100-1650 m) de l’Est de Madagascar. On le trouve également dans des milieux plus dégradés,  des fragments de forêt de bambou ou encore  dans des zones cultivées (rizières, plantations de café…).L’association Helpsimus  protège la plus important population sauvage de grand hapalémur composée de près de 500 spécimens

Guides d’Helpisimus©UNIVET NATURE

La compensation carbone volontaire pour préserver son habitat naturel

Univet Nature soutient cette association afin d’agir concrètement en faveur des derniers refuges pour cette espèce inscrite sur les listes Rouges de l’UICN. Ce mécénat mobilisé par Univet nature a été financé par des entreprises qui ont souhaité mettre en œuvre une compensation carbone volontaire. Univet Nature soutient donc Helpsimus pour favoriser la protection foncière (acquisition), la mise en place d’une garderie et la restauration écologique des habitats (pépinière et plantations). L’objectif final étant de favoriser l’accroissement de la surface totale des fragments forestiers, préserver les forêts primaires et restaurer les espaces forestiers à Madagascar.

Pour en savoir + :http://www.helpsimus.org/blog

Entre mer et forêt, Rimba agit à Sumatra pour la biodiversité de l’Indonésie !

RIMBA est une ONG qui protège déjà des aires forestières de 400 ha à Sumatra (Indonésie) et qui essaye également de créer de nouvelles zones protégées. Ces espaces sont gérés conjointement par le gouvernement, les populations locales et Rimba. En effet, devant l’urgence du désastre écologique à Sumatra, Rimba souhaite acheter des zones de forêt dans le secteur de Muaro Duo qui fait partie d’une grande zone forestière de plusieurs milliers d’hectares.

Lire la suite

Univet nature opérateur de la compensation carbone volontaire

Univet nature opérateur de la compensation carbone volontaire
Comment cela fonctionne-t-il ? Dans le cas de figure le plus commun, l’acheteur de compensation carbone s’adresse à Univet nature auprès duquel il acquiert un nombre d’unités «carbone » correspondant au volume des émissions de gaz à effet de serre qu’il souhaite compenser. La somme versée à cette fin contribue, directement ou indirectement, au financement d’un projet spécifique de réduction des émissions ou de séquestration de
carbone. Un crédit carbone correspond classiquement à 1 tonne équivalent de CO2 évitée par le projet. Univet Nature mobilise alors ces fonds pour des opérations forestières en zone tropicale qui visent à :

  1. Sanctuariser des espaces forestiers encore intacts,
  2. Restaurer des forêts dégradées,
  3. Protéger les forêts des coupes illégales.
Lire la suite

Aidez Univet Nature avec Lilo !

Univet Nature et le moteur de recherche Lilo ont signé une convention de partenariat afin de soutenir les actions du fonds de dotation.

Lancé en 2015 par deux ingénieurs français, Lilo est un moteur de recherche solidaire, qui redistribue la moitié de ses revenus à des projets sociaux et environnementaux et respecte votre vie privée. En partenariat avec Lilo depuis octobre 2019, Univet Nature a lancé un projet Lilo en cours de sélection nommé « Univet Nature » afin de soutenir ses actions pour la protection des animaux sauvages et de leurs milieux naturels.

Lire la suite

Nouveau bulletin de l’ADAFAM de septembre 2019

La forêt d’Ambodiriana réserve encore bien des surprises et nous sommes loin d’avoir fait l’inventaire exhaustif de son incroyable biodiversité. Par ailleurs l’ADAFAM, arrive de mieux en mieux à concilier la protection durable de la forêt et la vie des communautés locales pour un développement harmonieux.

Lire la suite

Zoetis et Univet Nature partenaires pour la protection des tortues à Madagascar

Zoetis et Univet Nature ont signé une convention de partenariat dans le cadre d’un programme « Mon véto ce héros » afin de valoriser les actions des vétérinaires qui agissent en faveur de la faune sauvage.

Lire la suite

Le Parc National du Gunung Leuser (Sumatra – Indonésie)

Le parc national du Gunung Leuser est situé dans le nord de l’île indonésienne de Sumatra, à cheval sur les provinces d’Aceh et de Sumatra Nord. Il tient son nom du mont Gunung Leuser qui culmine à 3 381 mètres. Le parc national recouvre une superficie de 9 500 km2.

Lire la suite

Où sont les sites de la dernière chance pour les espèces en danger d’extinction ?

Une récente étude apporte de nouvelles informations sur les derniers effectifs connus pour près de 1 500 espèces d’animaux et de plantes sur 853 sites dans le monde.

Lire la suite

Une pétition pour la biodiversité de Madagascar

A Madagascar, 50 % des dernières forêts naturelles se trouvent aujourd’hui à moins de 100 mètres d’une lisière ! La déforestation, la chasse illégale et le prélèvement pour le commerce d’animaux de compagnie ont conduit plusieurs espèces au bord de l’extinction. Les pressions sur la biodiversité ont fortement augmenté au cours de la dernière décennie. Enfin, de nouvelles menaces émergent tandis que les menaces établies s’intensifient.

Lire la suite

Gestion de la forêt de Manompana (Madagascar) : des acquis encourageants en 2019 !

Grâce aux entretiens réalisés en octobre 2018 auprès des habitants de Manompana (Madagacar), l’ADAFAM a proposé la mise en œuvre de nouvelles actions, avec la participation active des villageois, pour soulager la pression sur le massif forestier d’Ambodiriana.

Lire la suite