Trois défis pour Benjamin Kabouche nommé à la direction d’Univet Nature

Nouvel élan pour Univet Nature. Benjamin Kabouche arrive à la direction d’un groupe de bénévoles, de vétérinaires et d’écologistes, qui a l’ambition de devenir une ONG résolument engagée pour la protection des animaux et de la nature. Avec ce recrutement Univet Nature affirme ainsi son ambition de devenir un acteur qui comptera dans le paysage écologiste français. Benjamin a suivi tout le développement du fonds de dotation Univet Nature, de ses fonds baptismaux jusqu’à ce jour. Géographe et naturaliste de terrain, Benjamin a souhaité consacrer son savoir-faire professionnel en faveur de la protection des derniers espaces naturels restant dans la zone intertropicale. En rejoignant Univet nature, il devra relever 3
défis :

  • Placer Univet nature dans le concert des ONG en soutenant financièrement des projets concrets de génie écologique.
  • Apporter des opportunités aux entreprises pour réaliser des compensations carbone volontaire en faveur des forêts naturelles encore intactes.
  • Mobiliser davantage la profession vétérinaire en faveur des animaux sauvages et de la biodiversité.

Auparavant directeur de la LPO Provence-Alpes-Côte d’Azur, il est bien connu des milieux naturalistes. C’est un professionnel chevronné de la protection de la nature. Il a initié la création de réserves naturelles régionales dans les Alpes et piloté des plans d’actions nationaux en faveur de la protection des espèces les plus menacées. Il siège au Conseil d’Administration du Parc National de Port-Cros et dans celui du Parc National des Calanques.

Allain Bougrain Dubourg, Président de la LPO France, avec Benjamin Kabouche, Directeur de la LPO PACA, observant une libellule

Il a co-dirigé des ouvrages de références sur la faune (oiseaux, mammifères, libellules, etc.) et tout particulièrement un livre sur la faune des Bouches-du-Rhône. Il a dirigé la revue Faune & Nature et il a écrit de nombreux articles pour son association. Créatif, il a contribué à installer la LPO dans le sud de la France depuis plus de 20 ans.

Par ailleurs, c’est l’un des spécialistes de l’adaptation au changement climatique avec des solutions fondées sur la nature. Il a ainsi conduit des travaux sur ce sujet au Conseil Economique, Social et environnemental de la région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il a également mis en place des puits de carbone avec la CDC Biodiversité (Nature 2050) et des compensations carbone volontaire à l’étranger pour des entreprises. Partisan inlassable des corridors écologiques pour la faune sauvage ; il a managé ses équipes pour valoriser des trames vertes et bleues avec des crapauducs, des écoponts, etc. Il a réussi à planifier de nombreux chantiers pour la neutralisation des lignes électriques avec Enedis et RTE.

Son arrivée sera un coup d’accélérateur pour Univet Nature. Par ma voix, le Conseil d’Administration, nos sympathisants, les amis des animaux et le réseau des cliniques d’Univet lui souhaitons de s’épanouir professionnellement.


Christophe Navarro
Président d’Univet Nature

En mission à Madagascar : Tsingy de l’Ankarana

Pari gagné pour la conservation des Vautours dans les gorges du Verdon !

Des efforts importants de conservation sont entrepris pour reconstituer les populations de vautours dans le Verdon dans la cadre d’un programme spécifique. La LPO Provence-Alpes-Côte d’Azur et ses partenaires ont réussi leur pari de réhabiliter les rapaces nécrophages dans les Alpes du sud comme l’atteste le bilan 2020 de la reproduction des 3 espèces de Vautours nicheurs dans le Verdon. Plus d’un millier de Vautours fauves sont nés dans le Verdon depuis maintenant 20 ans. Le Vautour percnoptère en danger niche chaque année dans les gorges. Le Vautour moine colonise peu à peu les Alpes du sud : un nouveau couple a été découvert cette année.

Plus de 1100 Vautours fauves nés dans le Verdon

L’effectif nicheur atteint 247 couples pour 157 juvéniles envolés (1104 depuis 2002) soit le même nombre de jeunes envolés qu’en 2019. Le nombre de couples a augmenté passant de 220 à 247 mais le succès de reproduction 2020 a été moins bon que l’année dernière (Voir graphique ci-dessous).

Certains poussins (23 en 2020) sont bagués au nid pour étudier l’évolution de la population (taux de survie, mortalités, déplacements, perturbations). Pour informer les pratiquants d’escalade, 14 affichettes ont été installées concernant 40 voies sensibles susceptibles de perturber 25 nids occupés.
Depuis le début de l’année, 368 vautours fauves différents ont été identifiés dans le Verdon.

Un nouveau couple de Vautour moine

Pour la première fois 5 couples étaient formés et tous ont pondu, entre mi-février et mi-mars. Les éclosions sont intervenues entre fin mars et fin avril. Le 5ème couple a été découvert début juin alors qu’il élevait son poussin sur un nouveau site. Finalement, 3 poussins se sont envolés, issus des couples suivants : Jean et Exo1, ce couple historique nichent depuis 2013 ; Girolle et Précoce (nés dans les Baronnies en 2013) qui ont élevé leur 2ème poussin ainsi que Nestor (Grands Causses 2009) et Alambic (Baronnies 2014) qui ont réussi a élevé leur premier poussin. Les deux autres couples sont Alcyone et Capella (libérés dans le Verdon en 2007 et 2017), 2ème reproduction échouée, et Voltige (libérée dans le Verdon en 2016) et Anjou (libéré dans Baronnies en 2010) pour lesquels c’était la première tentative.
Depuis le début de l’année, 30 vautours moines différents ont été identifiés dans le Verdon. Un individu sera réintroduit au cours de l’automne 2020.

Vautour moine Photo Aurélien Audevard
Vautours dans le Verdon - Benjamin Kabouche
Vautours dans le Verdon – Benjamin Kabouche

Reproduction régulière du Vautour percnoptère depuis 2011

Le couple des Gorges du Verdon niche chaque année depuis 2011 et son succès n’était que bisannuel, uniquement les années impaires jusqu’en 2017. Depuis, il niche et produit un jeune chaque année.
Le premier adulte a été observé le 20 mars et le couple est apparu sur le site habituel le 28 mars. Il s’agit des mêmes oiseaux depuis 2011. La ponte a été déposée entre le 16 et le 22 Avril et le poussin est né entre le 22 Mai et le 10 juin. Bagué le 6 Août, il s’est envolé autour du 28 Août à peu près au moins où ses parent ont quitté le site. Il est resté jusqu’au 3 Septembre puis il est parti aussi en migration.
Ces rapaces nécrophages sont très vulnérables ; ils sont inscrits sur les listes rouges des oiseaux menacées. Univet Nature soutient ce programme qui est exemplaire. C’est un modèle d’ingénierie écologique pour la conservation de la nature à l’interface entre le pastoralisme et la vie sauvage.

Affichage de Vautours en vol dans le Verdon - Benjamin Kabouche.jpg en cours...
Vautours en vol dans le Verdon – Benjamin Kabouche


Pour en savoir + :
https://paca.lpo.fr/protection/especes/oiseaux/vautours-du-verdon

10.000 Tortues étoilées secourues par les vétérinaires à Madagascar

La Soptom – ASE, Zoetis et Univet Nature ont renouvelé leur partenariat ce dimanche 20 septembre 2020 visant à soutenir des vétérinaires qui s’engagent en faveur de la faune sauvage en détresse. Plus que jamais, il est indispensable de soutenir les organismes de protection de la biodiversité. Zoetis et les vétérinaires d’Univet Nature s’engageront encore cette année pour soutenir le travail des vétérinaires dans les pays où les animaux ont besoin de secours au cœur de l’urgence écologique.

Dans le cadre du programme « Mon véto ce héros », Zoetis et Univet Nature renouvellent leur engagement pour la survie des tortues à Madagascar
Les vétérinaires bénévoles de l’association la Soptom mènent des actions en faveur des Tortues étoilées à Madagascar dans le « village des Tortues » de Mangily. Le parc s’étend sur 37 hectares, afin d’accueillir ces animaux saisis lors de la capture de commerce illégal. Endémique de Madagascar, elles sont appelées Tortue étoilée du fait du dessin qui orne leur carapace. Leur principale cause de disparition est aujourd’hui le braconnage pour le commerce illégal. Univet Nature en partenariat avec la SOPTOM – ASE ont permis la prise en charge et les premiers soins vétérinaires de plus de 10 000 tortues étoilées à Madagascar ces derniers mois. En trente ans, la population a été divisée par quatre, passant de plusieurs millions de
tortues dans les années 1980 à quelques centaines de milliers aujourd’hui.

Ce sont des vétérinaires français qui chaque année organisent des missions pour soigner ces tortues. Leur dernière mission de Septembre 2019, menée sous la conduite du docteur Franck Bonin, a permis de sélectionner, d’équiper et de faire un contrôle sanitaire de 500 tortues.


« Chez Zoetis notre priorité est de soutenir les vétérinaires dans leur vocation. A travers notre programme « mon véto ce héros » nous participons à valoriser les efforts des vétérinaires pour la préservation de la biodiversité dans le monde et la protection d’espèces en danger comme la tortue étoilée de Madagascar. Nous sommes très fiers de soutenir un projet porté par des vétérinaires passionnés ».
Hervé de Cidrac, Président de Zoetis en France.

A propos de Zoetis
Zoetis est la principale entreprise du secteur de la santé animale. Son objectif est d’aider au mieux ses clients et leur entreprise. Forte de plus de 60 ans d’expérience dans le domaine de la santé animale, Zoetis découvre, développe, fabrique et commercialise des vaccins et des médicaments vétérinaires, des produits diagnostiques, des tests génétiques, des équipements bioniques et propose toute une gamme de services.

Pour en savoir + :
https://www.zoetis.fr

https://univetnature.org/

https://www.monvetoceheros.fr/

Sauvetage du Grand hapalémur, un lémurien au bord de l’extinction

L’association Helpsimus nous présente dans son dernier film toutes les actions mises en œuvre pour sauver de l’extinction un lémurien : le Grand Hapalémur. Sans l’intervention de cette association qui a réussi à mobiliser les habitants en faveur de la faune sauvage dans des villages, cette espèce aurait certainement disparu à l’est de Madagascar.

Univet nature intervient à auprès d’eux à deux niveaux :

  • Tout d’abord en partenariat avec Mano Médical pour assurer les repas d’une cantine scolaire de 150 enfants ;
  • Et d’autre part avec Photosol pour restaurer les parties les plus dégradées des forêts. L’objectif est de reconstituer des corridors écologiques entre les fragments de forêt pour assurer la continuité de l’habitat des lémuriens.

Pour en savoir + http://www.helpsimus.org/blog/

Sauvons ensemble les oiseaux de Bornéo. Soutenez la protection des calaos

Les calaos sont ces oiseaux dont nous entendons souvent les cris ou le bruit du vent dans les ailes lorsqu’ils survolent la canopée forestière avant de les voir. Ils peuvent vivre plus de 50 ans et ils sont essentiels pour disséminer des fruits de grande taille. Le couple, souvent uni pour la vie, ne fabrique pas de nid pour la reproduction : la femelle s’emmure dans une cavité avant de ressortir après plusieurs mois avec son jeune. Dans la Kinabatangan (Bornéo) tous les grands arbres ont été abattus et les plus grosses espèces de calaos ne trouvent plus de cavité assez grande pour se reproduire. Cela serait tragique de perdre ces oiseaux mystiques…. Avec votre soutien, HUTAN construira et installera davantage de nichoirs artificiels dans la forêt. Et ça marche! Pour la première fois au monde des espèces telles que le Calao rhinocéros ou le Calao a crête touffue utilisent nos nichoirs et s’y reproduisent !

Lire la suite

Faune Alfort et Univet Nature partenaires pour l’accueil d’urgence de la faune sauvage !

Le Centre de soins de Faune Alfort est basé au sein de l’Ecole Vétérinaire d’Alfort et il accueille 6000 animaux sauvages par an. Avec quelques bénévoles, Jean-François COURREAU a créé Faune Alfort le 14 novembre 2013 pour assurer la survie du Centre et en devient le président toujours en responsabilité aujourd’hui. Faune Alfort se donne 3 objectifs : soigner, former, informer. L’association Faune Alfort et Univet Nature, respectivement représentés par Jean-François COURREAU et Yves LAHIANI, viennent de renouveler leur convention de partenariat en faveur de la faune sauvage en détresse. https://univetnature.org/

Lire la suite

Rencontre avec Michel Terrasse, fidèle protecteur des rapaces dans le monde

Michel TERRASSE avec des vautours en Espagne – Photo A.GUERRIER

Militant de la première heure pour la protection des rapaces, fondateur avec son frère Jean-François, du Fonds d’Intervention pour les Rapaces (FIR), maintenant inclus dans les missions de la LPO France, Michel Terrasse a été président jusqu’à récemment de la Vulture Conservation Foundation (VCF), qui s’est préoccupée de la conservation et de la réintroduction des vautours et du Gypaète barbu, avec de nombreux programmes très réussis.

Lire la suite

Des vétérinaires au secours des ONG de protection de la faune sauvage

Les vétérinaires viendront-ils au secours des associations de protection de la nature en difficulté ?
Le micro-don, une chaîne de solidarité pour la biodiversité

La pandémie COVID-19 a fragilisé nombre d’associations de protection de la nature, notamment parce que ces acteurs sont habituellement financés par les parcs zoologiques qui ont dû fermer et se retrouvent eux-mêmes en difficulté financière.

Lire la suite

Le micro-don de vétérinaires en faveur de la vie sauvage

Vétérinaires, ASV, acteurs de la santé animale, avec le microdon « biodiversité » d’Univet Nature devenez actrices et acteurs d’une chaine de solidarité entre les animaux de compagnie et la faune sauvage !
Le microdon est un service gratuit et très simple à mettre en place dans une clinique vétérinaire. Les dons collectés n’entrent pas dans le chiffre d’affaires et ne perturbent en rien le système de caisse. Univet Nature est une ONG composée de vétérinaires et d’écologues qui soutient des programmes de conservation de la nature en partenariat avec les populations locales en Asie du Sud-est et à Madagascar.

Lire la suite

Pourquoi la nature nous manque ?

La nature source thérapeutique inépuisable !

Le confinement obligatoire vient ici nous rappeler au plus profond de nous-même un besoin essentiel : la nature. Après avoir épuisé les séries TV, les jeux en ligne, les revues, les romans, les réseaux sociaux, un sentiment de manque de plein-air dans la nature nous submerge peu à peu. Effectivement, de nombreuses études scientifiques en neuroscience et en psychologie comportementale l’on démontré depuis plusieurs dizaines d’années : la nature nous fait du bien. Ses bienfaits sont reconnus sur la santé, le corps, l’esprit, la vie en groupe… et prolongent l’espérance de vie. Autrement dit la nature favorise notre bien-être physique et psychologique. La nature n’est pas simplement un support de nos existences, elle est aussi un substrat nécessaire dans lequel s’enracinent les cultures humaines. Les études convergent vers l’idée qu’une nature en bonne santé, c’est-à-dire riche en biodiversité et fonctionnelle, assure une bonne santé humaine.  Alors que l’hypothèse d’un lien entre le bien-être humain et la nature est depuis longtemps admise, ces recherches menées dans des domaines d’étude aussi variés que la médecine, la psychologie, ou encore les sciences cognitives valident effectivement cette théorie. Les chercheurs concluent que :

Lire la suite