Palmiers à huile et mise en danger de la biodiversité tropicale

L’UICN nous propose dans ce rapport « Palmiers à huile et biodiversité » une analyse de situation quant aux incidences de l’expansion de la culture du palmier à huile sur la conservation de la biodiversité et d’examiner et essaye d’esquisser les meilleures pratiques de l’industrie.

UICN 2018 – Quelle est la situation sur la production de l’huile de Palme _

A Bornéo et les vétérinaires d’Univet participent à l’acquisition et la protection de parcelles de forêt tropicale en faveur de l’association Kalaweit

Un espoir de protection pour les gibbons

L’association Kalaweit France a été initiée pour protéger les gibbons et les forêts d’Indonésie. A Bornéo et à Sumatra, elle mène des actions visant la protection durable des forêts en harmonie avec l’intérêt des communautés locales. Elle sensibilise le public à la protection de la faune sauvage en Indonésie.

Lire la suite

En soutenant CETAMADA, Univet Nature et les vétérinaires d’UNIVET se mobilisent pour la protection des baleines à Madagascar

L’association CETAMADA agit pour la préservation des populations de mammifères marins et de leur habitat à Madagascar. Basée sur l’île Sainte Marie, au Nord-Est de Madagascar, l’association agit sur l’ensemble du territoire malgache, notamment Fort Dauphin, Mahambo, Majunga, Maroantsetra, Nosy Be et Tuléar.

Lire la suite

Les vétérinaires d’UNIVET s’engagent pour la faune sauvage !

L’Association Univet est composée de vétérinaires qui s’engagent pour la biodiversité. Même si la profession vétérinaire est légitime et attendue sur le sujet, le réseau Univet a lui développé un axe stratégique d’actions concrètes qu’il veut partager avec le plus grand nombre d’équipes vétérinaires en faveur de la faune sauvage. Les membres d’Univet veulent se joindre aux acteurs de la protection de la nature en s’appuyant sur l’attention que les vétérinaires apportent naturellement aux animaux et qui s’exprime dans leurs relations avec les animaux de compagnie.

Lire la suite

Préserver les forêts primaires de l’Est de Madagascar : l’ADAFAM et Univet Nature s’engagent ensemble à Manompana (Région de Tamatave).

L’association ADAFAM a été initiée pour protéger la forêt d’Ambodiriana-Manompana et ses écosystèmes.

Elle reprend les objectifs d’une association précédente appelée ADEFA (Association de DEfense de la Forêt d’Ambodiriana), créée en 1996 puis dissoute en 2015 lorsqu’a périmé son accord de gérance avec le gouvernement malgache. L’ADAFAM mène des actions visant la protection durable de cette forêt en harmonie avec l’intérêt des communautés locales (écotourisme, recherche, etc.), ainsi que des actions visant à restaurer les corridors forestiers. Elle souhaite également sensibiliser et former tous les publics à l’écologie et à la protection de l’environnement. L’ADAFAM a pour objectif d’aider l’association malgache des Guides de la Protection de la Nature (AGPN) à œuvrer pour la création d’une Aire Protégée incluant la forêt d’Ambodiriana.

Lire la suite

La SOPTOM et Univet Nature solidaires des Tortues étoilées de Madagascar

En avril 2018, une saisie record de près de 11.000 tortues a été effectuée à Madagascar.

La SOPTOM, association de protection de la nature engagée en faveur de la protection des tortues en France et dans le monde, est présente depuis une vingtaine d’années dans le pays, notamment par la création et la gestion avec l’association locale A.S.E (Association de Sauvegarde de l’Environnement), d’un village des tortues à Mangily (nord de Tuléar). Lorsque les tortues ont été apportées par les autorités malgaches, elles ont été placées dans de nombreux enclos et nurseries. L’équipe du village des tortues de Mangily s’est mobilisée avec l’appui d’une délégation française (Village des tortues de Carnoules, Turtles Sanctuary), suisse (PRT) et américaine (Turtles Conservancy) pour soigner et sauvegarder ces tortues affaiblies et malades. Elles auront vocation à être relâchées une fois que l’accord du gouvernement aura été obtenu.

Lire la suite

Le périophtalme dans la mangrove

Le périophtalme, un poisson pouvant respirer hors de l’eau dans la mangrove

Les mangroves accueillent une faune adaptée tout à la fois aux milieux salés et aux variations des marées. Une multitude de bactéries indispensables au recyclage de la matière organique y est inféodée. Les mangroves sont d’importantes zones de frai et d’alevinage pour des poissons, des crabes ingénieurs et des crevettes. Ces alevins peupleront plus tard les récifs coralliens ou d’autres écosystèmes côtiers.

 

Le plus singulier des vertébrés y est sans contexte le périophtalme (Periophthalmus barbarus) qui vit dans la vase, les racines et les branches de la mangrove de Madagascar. Ce « poisson-grenouille » peut sortir de l’eau et respirer par sa peau tant qu’elle reste humide. Ce poisson amphibie mesure 15 centimètres. Ses nageoires sont munies de ventouses qui lui servent de pattes pour sortir de l’eau et se déplacer sur la terre.

 

 

Les mangroves, entre mer et littoral tropical

Entre mer et littoral tropical

Les marais à mangroves sont situés à l’embouchure des fleuves tropicaux. Considéré comme l’un des 14 grands biomes terrestres, c’est un espace biologique unique dans le monde.
Cet écosystème complexe abrite les palétuviers capables de vivre les pieds dans l’eau salée ; ils ont développé des racines en forme d’échasses qui s’enfoncent dans des vases ou des limons des estuaires et des lagunes saumâtres. Des arbres y développent des racines aériennes en forme de doigt (des pneumatophores).

Des espaces menacés

Les mangroves offrent une protection naturelle contre les ouragans, contribuent à stocker efficacement le CO2 et garantissent la qualité écologique des récifs coralliens. Très dégradés en Amérique du sud et en Asie du Sud-Est, il reste encore de beaux linéaires côtiers à Madagascar. L’ouvrage de Fromard et al. (2018), rédigé par des chercheurs spécialistes du milieu, nous montre combien sa préservation devient un enjeu écologique mondial tant cet écosystème contribue à l’équilibre des littoraux tropicaux et à ceux de la planète toute entière.

 

Pour en savoir +
François Fromard, Emma Michaud, Martine Hossaert-McKey(2018). Mangrove. Une
forêt dans la mer. le cherche midi & le CNRS : 168 pages.

2 février 2018 : Journée mondiale des zones humides. C’est aussi le jour de la sortie en librairie du nouvel ouvrage

 

Au cœur de Bornéo, l’Oiseau magazine présente un carnet de voyage naturaliste

L’oiseau magazine une revue dédiée à la valorisation de la nature et à sa protection.

Destiné aux ornithologues comme aux amoureux de la nature, L’Oiseau magazine vous offre chaque trimestre, en une centaine de pages toutes en couleurs (au format 21 x 28 cm), une diversité de rubriques pour mieux connaître les oiseaux et la nature qui nous entourent et donc mieux les protéger : Actualités, Reportages, Dossier, Actions LPO, Refuges LPO, Portrait, Identification, Balade en France, Voyage, Pratique… L’Oiseau magazine vous emmène à la découverte des oiseaux d’ici et d’ailleurs et vous guide dans la meilleure façon de les observer et de les sauvegarder, grâce à la collaboration de grands illustrateurs animaliers, de talentueux photographes naturalistes et de nombreux spécialistes et protecteurs de la nature.

Bornéo sur les épaules de Wallace

Dans ce numéro, partez à la découverte de Bornéo, l’un des foyers les plus riches en biodiversités végétale et animale avec sa forêt primaire mais aussi, tristement, la zone tropicale la plus menacée au monde. C’est pourtant à Bornéo que le naturaliste Alfred Russel Wallace, le « père » de la biogéographie, s’inquiéta le premier des conséquences de la déforestation dès 1878.

 

Oiseau Mag n°130 : Bornéo